Filature à l’ombre de toi

Je suis née te courant après.
Essoufflée j’avale mes parois
Scènes gargantuesques d’absence
Où jamais tu n’as été, Etre.
Je caresse les aspérités de toi
En un moi lisse à désespérer
Je fouille le désordre de moi
En te réinventant mille fois
Source de foi tarie la première,
Je dessine farouche les tirets
D’une liaison discontinue
En pliant des lignes noires
Sur un blanc papier mâché
Qui se crache lui-même
Pour faire taire “Un”, nausée.
Je cours à te naitre âpres
J’aurai du me naitre avant
Pour me compter un-impair
Mais les signes sont cassés
J’attends les mots allant,
Le vocabulaire en suspens
J’attends la nuit du na!
Arrête-toi ta course est ombre
Reviens au départ-point
Ralentis ces pairs-nombres
Toujours pairs moi et sombre
De toi dans le non-moi
Je m’en reviens renaitre
Allongée sur toi fêlure
Pressant mon corps-idée
Sur la naissance du moi
Esseulée moi, soi sans toi.

© Amina MEKAHLI

Le chaudron des secrets

Mon corps détaché de ma graine
haché en particules édulcorées
assaisonné aux épices du refus
et roulé en boulettes de honte,

Mon corps désossé,vidé,ficelé
macère dans un fonds d’opprobre
à la fleur des marécages de l’oubli
et de feuilles séchées de résignation

Mon corps fermente dans le déni
amputé de sa verve encore crue
jeté dans le bouillant du non-dit,
mijoté aux aromates du proscrit

Mon corps dégorge le jus du péché
en des volutes d’extases étouffées
et des odeurs de sainteté calcinée,
Dans le vieux chaudron des secrets.

Dans le vieux chaudron des secrets
mon corps à petits bouillons,grésille
d’indicibles bribes de l’hymne interdit
à la gloire éternelle des ébats maudits.

© Amina MEKAHLI

Gris âge

Aiguilles de ciment
si m’en prend la vie
l’envie, d’un chas
qui pelote un ras
le bol.
Traîner la poudre
d’esca
mpette
sa moitié
sur les esca
liers
rpins
rgots.
Horloge de béton
tance le temps
et remonte
la bretelle
sans
ceinture
sens
interdit
Fou du
serre-volant.
Poignée sel sur
statue poivre
grisée à l’orée
du gris âge.

© Amina MEKAHLI

L’échange me démange

Echange porcelaine
contre petite laine
oreilles sourdes
contre bouche cousue
Echange,
battements de tambour
contre sons de cloches
et pied gauche
contre gavroche.
Echange brin de causette
contre sceau d’eau
et forêt noire
contre pièce montée.
Echange retard
contre absence
et trop tard
contre aurore.
Echange
foulard en satin
contre melon bien mûr
et pomme reinette
contre poire d’Adam
Echange
chaise roulante
contre échelle,
et échasses,
contre terrasse.
J’échange enfin,
contre seulement.
et pas souvent
contre de temps en temps…

© Amina MEKAHLI