Le chaudron des secrets

Mon corps détaché de ma graine
haché en particules édulcorées
assaisonné aux épices du refus
et roulé en boulettes de honte,

Mon corps désossé,vidé,ficelé
macère dans un fonds d’opprobre
à la fleur des marécages de l’oubli
et de feuilles séchées de résignation

Mon corps fermente dans le déni
amputé de sa verve encore crue
jeté dans le bouillant du non-dit,
mijoté aux aromates du proscrit

Mon corps dégorge le jus du péché
en des volutes d’extases étouffées
et des odeurs de sainteté calcinée,
Dans le vieux chaudron des secrets.

Dans le vieux chaudron des secrets
mon corps à petits bouillons,grésille
d’indicibles bribes de l’hymne interdit
à la gloire éternelle des ébats maudits.

© Amina MEKAHLI

Vous avez aimé le texte ? Alors laissez un commentaire juste au-dessous ↓

commentaires

Gris âge

Aiguilles de ciment
si m’en prend la vie
l’envie, d’un chas
qui pelote un ras
le bol.
Traîner la poudre
d’esca
mpette
sa moitié
sur les esca
liers
rpins
rgots.
Horloge de béton
tance le temps
et remonte
la bretelle
sans
ceinture
sens
interdit
Fou du
serre-volant.
Poignée sel sur
statue poivre
grisée à l’orée
du gris âge.

© Amina MEKAHLI

Vous avez aimé le texte ? Alors laissez un commentaire juste au-dessous ↓

commentaires

L’échange me démange

Echange porcelaine
contre petite laine
oreilles sourdes
contre bouche cousue
Echange,
battements de tambour
contre sons de cloches
et pied gauche
contre gavroche.
Echange brin de causette
contre sceau d’eau
et forêt noire
contre pièce montée.
Echange retard
contre absence
et trop tard
contre aurore.
Echange
foulard en satin
contre melon bien mûr
et pomme reinette
contre poire d’Adam
Echange
chaise roulante
contre échelle,
et échasses,
contre terrasse.
J’échange enfin,
contre seulement.
et pas souvent
contre de temps en temps…

© Amina MEKAHLI

Vous avez aimé le texte ? Alors laissez un commentaire juste au-dessous ↓

commentaires

La baie au diable

Quand un soir tu t’es mis à semer des îles sur l’océan de mon naufrage, des îles mirifiques, aussi vraies qu’impalpables, lointaines ! Quand un soir tu as décidé de les éclairer de tes phares en feu, brûlants ; des torches mensongères scintillantes de mille mirages.

Je n’ai jamais su nager, tu le sais, ni jamais su m’agripper aux épaves, mes bras sont trop courts et mon souffle en extinction se noie dans l’eau salée.

De tes mains de velours, tu continues à semer, telles les cendres de mes restes incinérés, des milliers d’îles, des îles de promesses et d’absence, des îles d’attente et d’exil, des îles de départs et de néants.

De tes mains de velours, tu continues à toucher, tout sauf le labeur, toucher les plaies suintantes de larmes, les blessures jamais refermées, les paupières qui ne connaissent plus le sommeil, les bouches qui respirent le refus.

Quand un soir tu t’es mis à jeter par-dessus ton bord, les restes de souvenirs qui encombraient ta mémoire et les miettes d’histoires que tu t’es racontées ; tu croyais encore nourrir des poissons avec tes chimères, mais tu les noyais à ton insu, tous les matins en face de ton miroir.

Quand un soir, le secours vint à mon secours , sans mains et sans velours, sur des ailes dénutries, j’ai survolé tes îles, ces milliers d’îles que tu dressais sur mon égarement, comme des cailloux meurtris par le temps, comme des repères que seul toi,l’enfant de l’ours pouvais trouver.

Je m’éloigne encore, je m’éloignerai toujours de ce chemin de velours, de cette baie au diable, que tu appelais « Retour», sans doute en souvenir d’un mot d‘enfance oublié, d’un geste lointain qui revient de temps à autre, aérer les monuments de ton tourment.

© Amina MEKAHLI

Vous avez aimé le texte ? Alors laissez un commentaire juste au-dessous ↓

commentaires